mercredi 21 décembre 2016

Le Chat Viré met Katzenthal dans la mouise: des Malgré-nous pour passer la serpillière...


Le prochain maire de Katzenthal devrait être une mairesse: le Chat Viré ayant tiré sa révérence façon bulldozer la semaine dernière, la première chadjointe s'est proposée, à contrecoeur, pour sauver les meubles.


D'abord, il s'engage.
Puis, il dégage.
(Photo DNA)

Tout chat pour chat... -  Quatre cents cinquante et un jours! Elu le 27 septembre 2015 par un concheil munichipal renouvelé à la faveur d'une élection partielle complémentaire, le Chat Viré, aura été maire quinze mois durant avant de jeter aux orties, le 15 décembre, sa crosse de Grand Commandeur. Motif invoqué: la santé de l'un de ses proches... Sur le fond, l'argument est tout à fait recevable. Il est même estimable. Le problème, c'est la forme, la manière dont notre ex-chat en chef a acté sa démission, sans prévenir son équipe avec laquelle il aurait pu (dû) organiser sa succession. Qui plus est en se souciant comme d'une guigne des chantiers engagés dont celui, lourd (400.000 euros), du réaménagement prochain de la mairie. Faut-il aussi rappeler que ses électeurs l'avaient investi à la tête d'une liste dont le slogan, "Réunir pour réussir", prend avec ce départ en pochette surprise un tour inattendu... Et rend d'autant plus amères les "belles choses" qu'il avait promises à l'orée de son mandat (lire ci-après).

Extrait d'un e-mail du Chat Viré à ses co-listiers en date du 07 juillet 2015, à l'entame de la campagne électorale.

Même écrit avec deux "L" et situé dans le Bas-Rhin,
Katzenthal continue de faire l'actualité au niveau national.

   "Après moi, le déluge..." - C'est peu dire que cette démission a jeté la consternation dans la vallée des chats où l'on panse encore les plaies de la sévère empoignade de 2014-2015, conclue avec le départ contraint de la Chatte Que Vous Savez (CQVS). "Grand guignol" pour les uns, "cirque" pour les autres, "lamentable" pour tout le monde, ce nouvel épisode de la chronique munichipale locale fait, une fois de plus, passer Katzenthal pour une pétaudière. "Ici, la politique rend fou plus qu'ailleurs" est un commentaire souvent entendu à la boulangerie, dernier salon où l'on cause au village. Le site spécialisé "Politiquemania" ne s'y est pas trompé en brocardant les démissions qui "se succèdent" dans la commune (lire ci-contre).
   Car enfin, notre Chat Viré n'avait-il pas dit, redit et ressassé la "loyauté", le "dévouement" et le "respect" qu'il avait pour chacun? Reprenez le dernier bulletin municipal (automne 2016), cela y figure en toutes lettres! Si, en démissionnant, il n'a évidemment pas fait ce qu'il a dit, en revanche, il a fait ce qu'il s'est bien gardé de dire: quitter sans prévenir la barre du navire. "Après moi le déluge...", aurait-il confié à son entourage après avoir mis de la sorte le village dans la mouise. Cerise sur le gâteau: bien que s'étant débarrassé à la va-vite de son écharpe tricolore, notre excellence se refuse à démissionner de l'assemblée municipale. Il entend y siéger comme simple conseiller alors qu'il n'habite plus Katzenthal depuis des mois. En somme, avant sa démission, c'était un pied dedans et un pied dehors. Aujourd'hui, c'est un pied dehors et un pied dedans. Un flou entretenu sans état d'âme! Même brouillard assumé pour la Communauté de communes de la vallée de Kaysersberg où notre Chat Viré siège ès-qualités: quittera ou quittera pas son poste de vice-président? "Pour l'heure, personne n'en sait rien", a-t-on indiqué à la comcom en ajoutant que, "bien que peu présent", il y "agaçait" ses collègues, leur faisant volontiers la leçon en vantant son expérience de fonctionnaire territorial à la direction des services de la comcom de Ribeauvillé.

La future mairesse de Katzenthal? Probable...
   "Et maintenant, qu'allons-nous faire?" - Cette "désertion", selon le mot d'un chat concheiller, a évidemment aussi jeté le désarroi dans l'équipe munichipale, aujourd'hui orpheline de son grand homme. "Nous sommes sous le choc de l'événement", s'est lamenté le Chat Ceinture et Bretelles, 2ème chadjoint, apparemment transi par tant d'ingratitude (DNA du 18 décembre 2016). Mais n'est-ce pas lui qui avait présenté le Chat Viré au concheil, le coiffant de l'auréole du "chat providentiel"? N'est-ce pas lui qui avait convaincu ses collègues de donner au démissionnaire la tête de liste pour la municipale de septembre 2015? Et n'est-ce pas lui qui, boursouflé de certitudes, avait assuré pendant la campagne électorale qu'une fois élu, son "ami de vingt ans" allait remettre de l'ordre dans l'embrouillamini laissé par la CQVS?
   Passé l'état de sidération, il fallait donc réagir. Vite... Pour, d'abord, rassurer les chats de la vallée en leur montrant qu'il restait un pilote dans l'avion. Pour, ensuite, assurer coûte que coûte la continuité du service public. Pour, enfin, couper court aux rumeurs de démission générale obligeamment répandues par l'opposition. Car l'ancienne équipe, ragaillardie par tant d'incurie, se prépare à revenir. Une délégation a ainsi proposé récemment à la CQVS de monter une liste pour les municipales de 2020 mais celle-ci aurait décliné. 
     Le plan Orsec de la munichipalité a été établi lors d'une réunion du concheil convoquée en urgence le lundi 19 décembre et à laquelle, le croirez vous, le Chat Viré a refusé de participer! "Tant mieux. Chacun a pu s'y exprimer librement, ce qui n'était plus arrivé depuis longtemps", a glissé un concheiller. La question était de savoir qui allait solliciter le fauteuil vacant du maire alors que les volontaires ne se bousculaient pas. A l'issue de plus de trois heures de palabres, la première chadjointe a accepté à contrecoeur d'être candidate lorsque la démission du Chat Viré aura été acceptée par le préfet Laurent Touvet. Egalement à l'insu de son plein gré, le Chat Ceinture et Bretelles passera 1er chadjoint et gardera comme par le passé l'urbanisme, le patrimoine, les déplacements et l'accessibilité. Il sera remplacé comme 2ème chadjoint par une concheillère, la Chatte Isa, qui prendra en charge la solidarité, la jeunesse, l'éducation, le sport, la vie associative et la culture. Le troisième chadjoint en charge de l'environnement, de l'eau, de l'assainissement et de l'hydraulique ne change pas. A ces Malgré-nous qui devront, quoiqu'ils en disent, passer la serpillière sur quinze mois de mandat gâchés, le Kantzajammer souhaite bien du courage...

dimanche 2 octobre 2016

Chapeurs-pompiers de Katz: plus de cent ans plus tard, c'est bel et bien fini!


"Chapeurs-pompiers, pour combien de temps encore?" s'était interrogée "La Gafette", tract anonyme apparu fin septembre dans la vallée des chats. Réponse: jusqu'à mercredi lorsque le patron du service d'incendie du Haut-Rhin viendra à Katz acter officiellement la dissolution du --plus que centenaire-- corps local.



Plus que huit chapeurs-pompiers dans la vallée des chats - Si ce n'est pas un fait accompli, cela y ressemble: mercredi 12 octobre au cours d'une réunion publique devant s'ouvrir à 19H30 dans la salle des fêtes de Katz, le lieutenant-colonel Thierry Delachaux, patron du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS), viendra annoncer la très probable fin du corps local de chapeurs-pompiers. Le patron du SDIS viendra faire la pédagogie d'une décision préfectorale visant à dissoudre onze centres de première intervention (CPI) aux alentours de Colmar. Celui de la vallée des chats figure dans le lot ainsi que celui de nos voisins de Niedermorschwihr, l'autorité centralant estime que ces corps communaux ne sont plus opérationnels. La loi exige, par exemple, que deux pompiers soient de permanence à toute heure du jour et de la nuit et chaque jour de l’année. Une obligation que le CPI de Katz ne peut plus remplir depuis longtemps. Aujourd'hui, il ne compte plus que huit chapeurs volontaires, dont trois n'habitent pas la commune (Tiens, eux aussi?). Et sur les cinq y résidant encore, deux ont annoncé qu'atteints par la limite d'âge, ils arrêtaient dans deux ans.


A Koestlach, début septembre... (Photo "L'Alsace")
L'exemple de Koestlach - En cette période de disette budgétaire, l'Etat cherche donc à optimiser, en les rassemblant, des moyens qu'il juge dispersés. Il est ainsi parallèlement question d'un regroupement des corps de Turckheim, Winzenheim et Ingersheim). Mais la dissolution programmée du CPI de Katz pose un problème: à aucun moment en effet, le chat Viré, notre chat en chef, n'a consulté sur la disparition prochaine de ce qu'il faut bien appeler une institution locale. Il faut savoir que, contrairement au Bas-Rhin, dans le Haut-Rhin, les CPI sont placés sous l'autorité du maire. Qui peut parfaitement refuser une décision de fermeture du préfet! Il suffit de voir à Koestlach, commune de 509 habitants du Jura alsacien, la tempête qu'a levé une menace pesant similairement sur le CPI local. Début septembre, des banderoles ont été déployées dans la commune tandis que les élus ceints de leur écharpe tricolore, les pompiers en uniforme et de nombreuses personnes arborant le T-shirt rouge de l’Union départementale des sapeurs-pompiers (UDSP) s'étaient rassemblés sur la grand-place du village pour défendre "leur" CPI.


La primeur... Quelle primeur? - Or à Katz, il semble qu'en amont, la totalité du concheil munichipal n'a été tenue informée des tractations que le chat Viré  menait, dans la plus grande discrétion, avec l'autorité centrale et le SDIS sur "l'avenir" du corps local. Dont il faut rappeler qu'il est plus que centenaire... Et ceci en totale contradiction avec les engagements de qu'il a pris lors de la campagne de septembre 2015!  Quid de l'"unité d’appui de sécurité civile" qu'il lui a été proposé de créer avec des citoyens sensibilisés pour s'occuper des menus tracas de la vie quotidienne, les "nids de guêpes, fuites d'eau et (autres) chutes de tuiles" dont s'est (à juste titre) inquiétée "La Gafette"? Quid de la cotisation annuelle que la commune verse au SDIS et qui, tournant autour de 8.000 euros, va fortement augmenter lorsque les chapeurs-pompiers auront pendu définitivement leur uniforme au clou? Quid des 800.000 euros de béton laissés en héritage, rue de la Chapelle, par l'ancienne équipe? Toutes questions auxquelles le chat Viré va répondre mercredi. Et d'abord à son concheil munichipal qu'il a convoqué à 19H00 à la mairie pour, écrit-il avec gourmandise, "vous réserver la primeur de l'information que nous donnerons à la population" une demie heure plus tard... Trente minutes pour parler de "l'avenir" des chapeurs-pompiers et se dédouaner vis-à-vis de son équipe sur le mode "C'est pas moi, c'est l'préfet". La démocratie participative "extra small" ize bioutifoul...

Post scriptum qui n'a rien à voir - Au cours des derniers jours, la question a été posée à de multiples reprises au Kantzajammer: "Mais où donc habite notre chat en chef?". Il semblerait que le chat Viré se soit installé à Strasbourg. Pour la confirmation, s'adresser à la mairie...

lundi 26 septembre 2016

La "Gafette de Katzenthal": un tract qui, bien qu'anonyme, pose quelques (bonnes) questions

Sous le titre "La Gafette de Katzenthal", un tract a été affiché la semaine dernière à la boulangerie et distribué dans les boîtes aux lettres de la vallée des chats. Opportunément apparu un an après l'élection partielle complémentaire de septembre 2015, ce tract, bien qu'anonyme, pose quelques bonnes questions. Explications...


La guerre pichrocoline entre Persans et chats de gouttière semble avoir repris à Katzenthal! Alors que l'on pensait la vallée des chats apaisée même si, de part et d'autre, l'on soignait encore les blessures de 2014 et 2015... La trève n'aura donc tenu qu'un an, la victoire (sans opposition) des chats de gouttière à l'élection partielle complémentaire datant effectivement du 20 septembre de l'an passé.
Le boutefeu?  Un tract titré "La Gafette de Katzenthal", sans doute par référence à la "Katzette", le (trop rare) bulletin d'information municipal. D'abord affiché à la boulangerie aux aurores du vendredi 23 septembre (d'où il a été retiré dans la matinée à la demande de la mairie) puis découvert dans les boîtes aux lettres, ce tract au format A4 a surpris. D'emblée, le Kantzajammer voudrait remercier ce nouveau confrère "old style" (la presse papier gigoterait donc encore?) d'avoir eu la délicatesse de signaler que cette "Gafette" n'était pas signée par votre plumitif chéri! Dont acte.
Mais le Kantzajammer, qui sort ici du silence qu'il s'était imposé depuis un an, ne sait pas à qui adresser ses remerciements, "La "Gafette"  étant restée courageusement anonyme. Pas de signature... Un oubli, sans doute! C'est dommage. Car parmi les très nombreuses questions posées à la nouvelle municipalité, selon toute vraisemblance par des membres de l'ancienne équipe, certaines ont un réelle pertinence. Exemples...

L'engagement, noir sur blanc...
Lu dans la "Gafette": "A quand les réunions participatives? A quand les consultations de la population qui devaient être instaurées AVANT l'élaboration des décisions? Bonnes questions... Et d'autant plus légitimes que, pendant la campagne électorale, les chats de gouttière avaient expliqué dans une formule bien troussée que, pour eux, le "pour qui" et le "pour quoi" passaient avant le "comment". En d'autres termes que si les chats de la vallée  miaulaient, ils seraient non seulement entendus mais écoutés. Et cela, quelle que soit leur espèce... Le mantra, en bonne place sur la propagande électorale (photo ci-contre), avait été répété en boucle à la presse: "Nous irons au-devant des gens" ou encore "Nous mettrons le citoyen au coeur de nos préoccupations" (respectivement "L'Alsace" et DNA du 11 septembre 2015). Mais voilà, ça, c'était avant... 
Un an plus tard, force est de constater qu'aucune réunion, ni "publique" ni "participative", ne s'est tenue sur quoi que ce soit dans la vallée des chats. Ni sur les réservations foncières décidées dans la forêt du haut, ni sur le déménagement de la mairie, ni sur le site internet promis pour ce septembre. Et encore moins sur le devenir de notre coûteux, quoique luxueux, "dépôt de sel BBC" qui sert toujours de dépôt communal. A moins que cela ne soit l'inverse.
En lieu et place, un train de travaux de quelque 500.000 euros, voté wagon par wagon au fil des concheils munichipaux, va être détaillé, a posteriori, dans la "Katzette" devant paraître cette semaine. Pour justifier son peu d'ardeur à débattre avec la population préalablement aux prises de décision, le quarteron aux manettes invoque le principe de réalité . "On va pas consulter pour tout et n'importe quoi", aurait-on ainsi entendu grommeler à quelques reprises le chat Ceinture-et-bretelles, troisième éminence dans l'ordre protocolaire. La question aurait par ailleurs créé des tensions entre le chat en chef et des chats concheillers, à l'issue de la dernière réunion de l'assemblée munichipale.



Chat viré virevoltant
Ce qui nous amène à la deuxième bonne question de "La Gafette": "Présence, proximité, relationnel, écoute, attention, contact. Où sont nos élus?". Pour le premier d'entre eux, la réponse est facile: ailleurs! "Viré" ou "parti" du chez-soi de Katz (ça dépend des versions), il ne réside plus dans la vallée des chats depuis le milieu de l'été. Ainsi le 14 juillet, pas de chat Viré à la remise du nouveau drapeau à la section locale des anciens combattants à laquelle ont pourtant participé le chat Christ, député-maire de Ribeauvillé, et le chat Cattin, ci-devant conseiller régional, maire de Voegtlinshoffen et grand ami de la vallée des chats d'où il est originaire. Plus récemment, le 18 septembre, pas davantage de chat Viré au passage dans la commune du 2ème marathon de Colmar. L'accueil des coureurs a pourtant une nouvelle fois été remarqué par la presse régionale qui l'a qualifié d'"exceptionnel".  C'est simple, notre chat en chef est devenu invisible à Katz... Sa réponse aux concheillers qui se sont inquiétés de ce criant "déficit représentatif": "J'ai une vie privée"! Ah bon?


(A suivre...)

mardi 23 juin 2015

Installation projetée de l'ABCM: la municipalité s'apprête à conclure un marché de dupes!

L'installation projetée de l'école ABCM à Katzenthal ne condamne pas seulement à terme la maternelle du bas: elle va coûter (beaucoup) plus cher à la commune qu'elle ne va lui rapporter! Explications sur le marché de dupes que la municipalité s'apprête à conclure contre l'intérêt général et en piétinant le service public...


Harcèlements? Provocations? Injures? Diffamations? Attaques personnelles? Atteintes à (sa)
 vie privée? Vraiment? Mais alors, pourquoi ne porte-t-elle pas plainte? Elle l'a déjà fait, non?
L'eau, l'électricité et le chauffage à la charge de la commune - La commission "Bâtiments" qui, élargie à l'ensemble du concheil munichipal, s'est réunie lundi 22 juin a donc permis de lever (partiellement) le voile sur l'installation projetée de l'ABCM dans la vallée des chats. La séance, houleuse, s'est déroulée en présence d'une délégation de l'école bilingue payante d'Ingersheim (cinq personnes) mais en l'absence de la Chatte Que Vous Savez (CQVS), démissionnaire (lire ci-contre). Dirigée par le chat Djudant, 1er chadjoint, la réunion a, pour l'essentiel, révélé l'ahurissant marché de dupes que la municipalité envisage de conclure avec l'ABCM. Alors que la majorité clame toute honte bue que cette "école", pour laquelle Ingersheim veut arrêter les frais (elle coûte €35.000 par an à nos voisins), allait faire "rentrer de l'argent", il s'avère que l'installation prévue va en fait coûter plus cher à Katzenthal que ce qu'elle doit lui rapporter! La convention rédigée par le Grand chat bêlant avec le concours du service juridique du conseil départemental du Haut-Rhin prévoit en effet un loyer annuel de €9.000 pour la location des locaux communaux suivants (Et là, tenez-vous bien!):
- les deux salles de classes du rez-de-chaussée de la mairie qu'il faudrait séparer par une cloison (à payer par la commune);
- la petite salle se trouvant à droite en entrant (l'ancien bureau postal);
- la petite salle du cercle quatre jours par semaine pour le repas du midi et le périscolaire;
- la salle des fêtes devant servir ponctuellement de salle de "motricité" (gymnastique) et de spectacle
- la petite bibliothèque;
- le terrain de jeux de la rue Haumesser.
Cerise sur la gâteau, les charges --eau, électricité, chauffage-- devront être payées par la commune (et donc vos impôts) pour des chatons qui, dans leur grande majorité, n'habiteront pas à Katzenthal! Pour l'anecdote, l'Association familiale (cataloguée "hostile" par la mairie) a payé récemment €230 (€150 de location et €80 de chauffage) pour disposer de la salle des fêtes un samedi soir... Cherchez l'erreur! De plus, dans l'hypothèse où la Caisse d'allocations familiales verserait des subventions à la commune pour le financement du périscolaire, Katzenthal s'engage à reverser entièrement celles-ci à l'ABCM! Un truc de ouf, on vous dit...
Ce qu'il faut encore retenir - Il apparait désormais clairement que la municipalité déroule le tapis rouge à l'ABCM en lui donnant le beurre,  l'argent du beurre et le sourire de la crémière... Au détriment de l'école maternelle du bas qui, fragilisée par la baisse de ses effectifs, risque en effet de disparaître. Cette fermeture programmée a d'ailleurs été actée par le chat Christain, chadjoint aux affaires scolaires, qui au cours de la réunion a déclaré qu'à Katzenthal, l'école publique était "morte" et que les parents s'étaient "clairement" exprimés à ce sujet. Ah bon? Quand? Et comment? D'autant que, pour la rentrée de septembre, l'ABCM a déjà accepté 38 chatons pour les deux maternelles à trois niveaux qu'elle espère installer à Katzenthal. Sans même être assurée de disposer des locaux: le concheil munichipal doit en effet encore se prononcer! L'on verra alors si les concheillers de la majorité seront prêts à endosser pour ce vote l'habit de fossoyeur du service public! 
Post-scriptum (qui n'a rien à voir) - La rumeur court que la CQVS n'aurait démissionné que de son mandat de maire mais qu'elle aurait gardé celui de concheillère pour permettre, à terme, l'élection de son premier chadjoint à la tête de la commune... Que Sainte Gertrude, patronne des chats, nous en préserve!

mercredi 17 juin 2015

Et patati et patacha: les petits échos du Wineck

Qui veut la peau de l'école publique? - Dans son édition du samedi 13 juin, "L'Alsace" a consacré un article pleine page au projet d'installation de l'école privée bilingue payante ABCM d'Ingersheim dans la vallée des chats (lire ci-dessous). Dans son titre, le journal pose, abruptement, une fausse bonne question: "Qui veut la peau d'ABCM"? En fait, la seule véritable question eut été: "Qui veut la peau de l'école publique" à Katzenthal? L'opposition municipale, notamment, estime en effet mortifère pour le service public l'éventuelle installation de l'ABCM dans la commune. Sous la pression conjuguée de l'opposition, des parents d'élèves et de la presse, la Chatte Que Vous Savez (CVQS) devra s'en justifier le lundi 22 juin lors d'une réunion de la commission "Bâtiments" qui, pour l'occasion, a été élargie à l'ensemble du concheil munichipal. 



Joseph Fritsch, Thierry Speitel et Henri Stoll, maires de respectivement
Kientzheim, Sigolsheim et Kaysersberg, au "20 Heures" de France 2 le
mardi 16 juin (capture d'écran)
Et pendant ce temps, à Sigolsheim, Kaysersberg et Kientzheim... - France 2 a consacré, dans son "20 Heures" du mardi 16 juin, un reportage sur le projet de "commune nouvelle" devant réunir à terme Kaysersberg, Sigolsheim et Kientzheim. Confrontées comme Katzenthal à une baisse drastique des subventions de l'Etat, les trois communes voisines de la vallée des chats ont choisi de se forger une communauté de destins grâce à la mutualisation de leurs moyens. Cette mise en commun, qui doit être officialisée dans les mois qui viennent, va leur permettre d'économiser annuellement un million d'euros! Et Katzenthal dans tout cela, vous demandez-vous? Eh bien, comme dabe: rien, nix, nada, zilch! Pas le début du commencement d'une réflexion sur le sujet! Notre chatte en chef est bien trop occupée à dézinguer l'école publique et à choisir de nouveaux bacs à fleurs pour s'en soucier. Et lorsque, dans quelques années, Katzenthal sera devenu un quartier-dortoir de Colmar, sans maire ni concheil munichipal --le mouvement de fusion des communes est inéluctable--, vous saurez à qui vous adresser...




Le terrain du 15 de la rue de la Vallée une nouvelle fois en vente
Bijoux de famille: la valse des étiquettes - Le terrain viabilisé situé au 15 de la rue de la Vallée est remis en vente! D'une superficie de 5,22 ares, ce terrain, qui figurait encore récemment au patrimoine foncier de la commune, faisait partie des bijoux de famille qu'en 2012 la CQVS avait vendu €25.000 l'are (soit €130.500 pour le lot) pour parvenir à payer les €850.000 de notre somptuaire dépôt de sel "basse consommation" de la rue de la Chapelle. Entretemps, le terrain a été revendu en décembre dernier par le premier acheteur à un couple venu s'installer dans la vallée des chats en juillet 2014. Depuis le début avril, l'actuel propriétaire propose une nouvelle fois le terrain à la vente sur le site "ParuVendu". Prix demandé: €155.000, soit €29.700 l'are (l'annonce est ici). Motif donné pour la cession du bien présenté comme "entièrement viabilisé" (eau, électricité et assainissement): une mutation professionnelle inattendue à Paris. Le même terrain est également proposé sur "Le Bon Coin" à €157.000, soit €30.076 l'are, frais d'agence inclus (lire ici). L'annonce, mise en ligne par un "conseiller en immobilier" de la SAS Optimhome, fait état d'un "permis de construire assorti", ce qui ne veut pas dire grand-chose sinon qu'il existe un plan pour une construction ayant apparemment reçu l'aval de la commune...

La première réunion sur le marathon: l'opposition n'avait pas été invitée...
Marathon de Colmar: Katzenthal dans la voiture-balai - Où en est la municipalité avec l'organisation du passage, le 13 septembre prochain,  du Marathon de Colmar dans la vallée des chats? Apparemment, Katzenthal est à la peine alors qu'à Sigolsheim et Niedermorschwihr, les choses sont menées tambour battant... A Ammerschwihr dimanche 14 juin, la commune a "testé" les stands qui seront dressés lors du passage des marathoniens. Dans la vallée des chats, hormis deux réunions d'information, la municipalité semble se désintéresser totalement d'un événement sportif qui mobilisera pourtant l'ensemble des télévisions nationales et qui devrait être suivi par des milliers de spectateurs. Elle n'a pas davantage daigné répondre au chef des chat-peurs-pompiers qui, coureur de fond aguerri, avait proposé de prendre en charge l'organisation. Aux télés et à la presse, Katzenthal va donc se faire remarquer en offrant un ravitaillement et un poste de secours. En l'absence de toute animation locale... Ce sont les viticulteurs, qui auraient pu proposer leur production --la course passe à Katz à l'heure de l'apéro--, qui vont être contents!


Beaucoup de monde à la kermesse de l'école samedi. La CQVS n'a pas daigné y montrer le bout de son oreille...
Y-a-t-il encore un pilote dans l'avion? - Notre chatte en chef a-t-elle vraiment décidé de ne plus se laisser voir? A la dernière Fête-Dieu, personne! Samedi, à la kermesse de l'école où s'est pressé beaucoup de monde et alors que l'ABCM est le sujet "chaud" du moment, personne! Dimanche, à l'assemblée générale de l'Association familiale, personne! Par ailleurs, la CQVS n'achète plus son pain au village, préférant aller le chercher à Ingersheim. Rappelons ici que pour les charges de sa fonction, notre chatte en chef est payée au taux maximal pour les communes de 500 à 999 habitants, soit €1.178,46 par mois. Commentaire du chat Guevara, l'un des leaders de l'opposition: "Si elle ne veut pas bosser, elle n'a qu'à s'en aller!". Et ce n'est pas le Kàntzàjammer qui la retiendra...

lundi 8 juin 2015

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'école ABCM (ou presque) sans jamais oser le demander

Mettre en danger l'école publique gratuite en installant dans la vallée des chats une école privée payante: tel est le dangereux projet auquel travaille depuis des mois en sous-main la Chatte Que Vous Savez. Explications...


Quoi? Une maternelle privée payante à Katz alors que nous
 avons déjà une maternelle publique gratuite? Elle va pas
essayer de nous faire chat? Ben si, c'est comme chat!
A quoi joue donc notre chatte en chef? - Depuis des mois, la Chatte Que Vous Savez (CQVS) se démène discrètement pour installer à Katzenthal une annexe de l'école privée ABCM d'Ingersheim. Sans y associer l'opposition, sans concertation avec les parents d'élèves, sans même réunir la commission "Ecole"! Alors que dans le même temps, elle refuse obstinément de signer avec Sigolsheim la convention du nouveau RPI devant garantir la pérennité de la maternelle du bas! Ce faisant, notre chatte en chef endosse une lourde responsabilité: en installant dans la vallée des chats une école bilingue privée payante, elle met en concurrence l'école publique qui, déjà fragilisée par la baisse constante de ses effectifs, risque tout simplement de disparaître! Ce scénario, malheureusement plausible, risque de se réaliser lors du prochain concheil munichipal. L'assemblée communale devra se prononcer (probablement à la fin juin) sur un projet que les chats de gouttière de l'opposition dénoncent comme mortifère pour le service public de l'Education nationale. Or avec l'ABCM, la CQVS ne fait rien qu'un bras d'honneur au Gros Matou de Sigo, avec lequel elle ne finit pas de vider une querelle personnelle, et un gigantesque pied de nez à ses contradicteurs, en arguant que la venue d'une nouvelle école fera "gagner de l'argent" à la commune. En l'absence d'informations venues de la mairie, "Le Ch@rivari" fait ici un point sur le dossier. Voici, obtenues de diverses sources --élus, préfecture, conseil départemental, inspection d'académie, écoles, parents-- des réponses, au moins partielles, à (presque tout) ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'école ABCM sans jamais oser le demander...

Chatons à la cantine...
1) Combien de classes de l'ABCM à Katzenthal? - Selon des informations obtenues de la direction de l'école payante à Ingersheim, il est question de deux classes: deux maternelles ou une maternelle et une élémentaire (probablement un CP). Au total, une quarantaine de chatons sont envisagés pour peupler à la rentrée les locaux scolaires du rez-de-chaussée de la mairie. Les pré-inscriptions seraient d'ailleurs déjà closes et une liste d'attente ouverte.
2) L'ABCM proposera-t-elle une cantine et un périscolaire? Oui! ABCM a contacté récemment un restaurateur de la commune pour la préparation de 25 à 30 repas par jour. Problème: le restaurant en question est fermé le jeudi, jour de classe... Le périscolaire se tiendrait dans la salle des fêtes jusqu'à 18h30. Questions subsidiaires: la commune percevra-t-elle un loyer pour la mise à disposition des locaux, qui fera le ménage (probablement les parents d'élèves), qui paiera le chauffage et l'électricité? 
3) Combien coûtera la scolarité? Pour un enfant scolarisé en maternelle, il faudra compter pour l'année scolaire 2015-2016 environ €2.065. Ce tarif, fixé en février par l'assemblée générale de l'ABCM, se décompose comme suit. D'abord €840 pour la scolarité: €400 de frais fixes, €400 de dépôt de garantie, €40 pour la coopérative et les fournitures scolaires. Auxquels s'ajoutent €1.225 pour le périscolaire: €650 de frais de garde (2 jours par semaine de cantine et 4 jours par semaine de périscolaire), €200 de frais fixes, €40 de cotisation à l'association des parents d'élèves "D'Kinderstub". En supplément, et ce sera la nouveauté de la prochaine rentrée, les parents devront faire un "don" moyen de €435 par enfant à l'école. Son montant réel pour chaque famille sera établi en fonction de ses revenus. Question subsidiaire: pourquoi ce "don" à l'association des parents d'élèves, qui est reconnue par l'Education nationale? Parce que les parents pourront en récupérer 66%, soit €287, sur leur feuille d'impôts. Même si c'est parfaitement légal, cela revient furieusement à vouloir tout à la fois le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière!


Confection des gâteaux d'anniversaire: pas comptabilisée
 dans les 30 heures annuelles de "participation" des parents!
4) Quel rôle pour les parents d'élèves? Pour l'essentiel, ce sont eux qui feraient tourner la boutique. En inscrivant leur(s) enfant(s), les parents d'élèves s'engageront non seulement à participer à la gestion du périscolaire, à l'aménagement et à l'entretien des locaux mais aussi aux sorties et aux activités de l'école. Chaque famille sera ainsi "redevable" d'un minimum de 30 heures de "participation" par année scolaire. Chaque heure effectuée sera comptabilisée et, si à la fin de l'année, le compte n'y est pas, une famille pourra se voir retirer le dépôt de garantie de €400 versé à la rentrée (voir plus haut). Dans son règlement intérieur, l'ABCM prévient par ailleurs que "les fabrications de gâteaux et de beignets ne sont pas pris en compte" dans les 30 heures de participation obligatoires... A vous dégoûter de faire des "Bredeler", non?
5) Quelle pédagogie? - Paritaire, c'est-à-dire 12 heures en français et 12 heures en allemand, l'allemand étant à la fois langue enseignée et langue d'enseignement. Dans chaque classe, l'enseignement est organisé sur le principe de l'alternance des langues (soit par journée entière, soit par demi-journée) et est assuré par deux maîtres. Le premier est français et agréé par le ministère, le second locuteur natif allemand ou autrichien et recruté en dehors de l'Education nationale. L'ABCM assure que ses enseignants reçoivent tous les mois une formation. Quelle est la nature de cette formation et par qui est-elle donnée? L'ABCM reste muette sur ce point. En maternelle,  l'école privée assure par ailleurs avoir installé depuis 2002 des ateliers "inspirés" par la pédagogie Montessori. Retenez bien ce terme: "inspiré"! Qui, en l'occurrence, ne veut pas dire grand-chose... Pour 2016, l'ABCM envisage en outre une "immersion totale" en allemand dans les classes de petite section de maternelle.
6) Sous quel statut? Là non plus, les choses ne sont pas claires... Selon nos informations, si l'enseignant est français, c'est un contrat d'association avec l'Education nationale qui s'applique. Si l'enseignant est allemand ou autrichien, on ne sait pas trop. Interrogée, la direction de l'ABCM est restée extrêmement vague sur ce point.
7) Avec quelles ressources? - Pour l'année scolaire 2013-2014 (derniers chiffres obtenus par "Le Ch@rivari), l'ABCM a enregistré une perte de quelque €13.000. Pour l'essentiel, ses ressources (€245.000) ont été de trois ordres: le périscolaire (€132.000), les subventions d'exploitation (€59.000 dont €35.000 de la mairie d'Ingersheim, €21.000 du Centre national pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA) et les cotisations des parents d'élèves (€46.000). Les salaires sont payés par l'Etat, au moins en partie...


Classe de chatons un peu perturbée...
8) Le rez-de-chaussée de la mairie sera-t-il encore une école? - Oui et non! Oui, parce un enseignement y sera assuré si le concheil munichipal vote le projet de la CQVS. Non, parce pour mettre les locaux de la mairie à la disposition de l'ABCM (une association privée, rappelons-le), la commune devra les "désaffecter", c'est-à-dire acter qu'ils ne sont plus affectés au service public de l'enseignement. Cette "désaffection" doit obligatoirement être votée par la commune. Parions qu'elle sera à l'ordre du jour du prochain concheil munichipal... Mais auparavant, la commune doit demander un avis préalable au préfet pour permettre au représentant de l'Etat de s'assurer que la désaffection projetée est justifiée au regard des nécessités du fonctionnement de l'enseignement public. Ainsi en 1994, le conseil d'Etat a invalidé une délibération de la commune de Pulversheim désaffectant, sans avis préalable du préfet, des locaux devenus vacants par suite de la fermeture d'une classe de maternelle pour y installer un jardin d’enfants bilingue français-allemand. Pour obtenir cette désaffection, la CQVS a convoqué une commission "Bâtiments" le lundi 22 juin.
9) Des travaux seront-ils nécessaires? - Oui! Si deux classes devaient être installées, il sera nécessaire de reconstruire la cloison qui séparait les deux classes. Question subsidiaire: où sera installée la "salle de motricité" (salle de gymnastique) prévue par la loi? Dans la salle des fêtes? A l'école publique du bas?
10) Qui paiera? Et quoi? - C'est la grande question... Pour l'instant, on sait seulement que l'ABCM paiera à la commune un loyer de €1.000 par mois sur dix mois, soit €10.000 à l'année. Mais quid des frais afférents (chauffage, électricité, travaux d'entretien)? La commune paiera-t-elle pour des enfants n'habitant pas la commune? Devra-t-elle aménager la place de la mairie pour permettre aux parents de déposer et d'aller rechercher en toute sécurité les enfants fréquentant l'ABCM?
11) Que feront les parents si la maternelle du bas devait fermer? En l'absence d'un RPI avec Sigolsheim (la convention est prête mais la CQVS refuse toujours de la signer!), ils devront tout bonnement se débrouiller... Rappelons ici que le seuil de fermeture d'une classe est fixé à neuf élèves par l'Education nationale. Or à la rentrée prochaine, la maternelle du bas devrait accueillir douze chatons, selon l'Inspection d'académie. Et non 16, comme le fait faussement savoir urbi et orbi la CQVS. En outre, le maire a l'obligation légale d'organiser l'enseignement public dans sa commune. On imagine d'ici le pataquès si Katzenthal aurait à "rapatrier" les chatons allant actuellement en classe à Sigo...
12) Des écoles bilingues publiques (et gratuites) existent-elles à proximité? - Oui! La première est située à Ammerschwihr et propose trois classes bilingues, deux maternelles et une classe de CP/CM1. La seconde se trouve à Turckheim où le groupe scolaire Charles Grad propose des classes bilingues en maternelle et au primaire. Ces établissements sont gratuits et dispensent un enseignement bilingue de qualité (12 heures en français et 12 heures en allemand), les programmes sont ceux, officiels, de l'Education nationale et sont appliqués par des maîtres agréés et (surtout) formés par l'Etat. Prétendre que l'enseignement de l'ABCM est "meilleur" que celui de ces deux écoles situées à proximité de Katzenthal relève de la fable!

mercredi 27 mai 2015

Installation de l'école ABCM d'Ingersheim: la Chatte Que Vous Savez avance masquée

L'installation d'une école bilingue privée payante à Katzenthal se précise: deux classes de vingt chatons sont prévues et une convention est en préparation. Sans concertation ni avec les parents d'élèves, ni surtout avec l'opposition. Explications.


La position d'Ingersheim sur l'ABCM est claire: pas plus de 170...
Et le restant à Katzenthal?
L'école ABCM à l'ordre du jour du prochain concheil munichipal? - L'éventuelle ouverture en septembre à Katzenthal de  l'école privée ABCM d'Ingersheim sera à l'ordre du jour du prochain concheil munichipal: c'est du moins ce qu'a assuré récemment à l'opposition le Chat Christain, chadjoint en charge des affaires scolaires. Le projet d''installation d'une école bilingue dans la vallée des chats devrait donc être présenté au concheil en juin. Entretemps, la Chatte Que Vous Savez (CQVS) aura ficelé le dossier auquel elle travaille depuis plusieurs mois en sous-main. En d'autres termes, notre chatte en chef prépare, seule dans son coin, l'installation d'une école payante dans la commune et, lorsque tout aura été bouclé, elle demandera aux sept concheillers formant sa majorité (dont on se demande s'ils saisissent bien les enjeux) de voter "pour", sans débat ni concertation préalable.  Quant aux mises en garde de l'opposition sur un projet qui menace à terme la survie de l'école publique, elle n'en tiendra aucun compte. Car c'est elle la cheffe, c'est elle qui décide... Pathétique!
Mais alors, que sait-on aujourd'hui exactement du projet? -  Ayant contacté Joris Frayon, le président de l'association "ABCM Zweisprachigkeit" reconnue comme association de parents d'élèves par l'inspection académique, l'opposition a appris qu'il est bien envisagé d'installer deux classes de maternelle de vingt élèves chacune --soit une quarantaine de chatons--  dans les locaux du rez-de-chaussée de la mairie. Aucun transport n'étant prévu, ce sont les parents qui, matin et soir, déposeront et viendront chercher leur(s) enfant(s). On imagine déjà le joli pataquès que créeraient ces rotations quotidiennes de voitures particulières à proximité de  l'église où le bus scolaire de Sigolsheim peine déjà à se garer. Pour s'installer, l'ABCM signerait avec la mairie une convention --et non un bail-- "renouvelable chaque année", selon M. Frayon. Un "appui juridique" a par ailleurs été demandé par la CQVS au conseil départemental et à la préfecture pour établir la convention en question. D'après nos informations, celle-ci serait en voie de rédaction à la mairie par le Grand Chat Bêlant lui-même. Question: combien ce projet, dont on assure qu'il rapportera €1.000 de loyer par mois sur dix mois, coûtera-t-il à la commune? Réponse: probablement bonbon! Faudra-t-il, pour séparer les deux salles de classe envisagées, remonter une cloison abattue il y a quelque temps? Où et à quel coût sera installée la salle de motricité dont devra nécessairement être équipée cette école privée? Qui règlera le chauffage, l'eau et l'électricité? Faudra-t-il engager un(e) ATSEM?  Qui le (la) paiera? Où mangeront les chatons à midi?


La Chatte Que Vous Savez en plein dialogue sur l'école...
Vous saurez tout lorsque j'aurai décidé de tout - Pour obtenir des réponses à ces --légitimes-- questions, l'opposition et les parents d'élèves ont demandé à la CQVS une réunion de la commission "Ecole" avant la prochaine séance du concheil. La réponse de notre chatte en chef, que le Kàntzàjammer a pu consulter, est proprement sidérante. Comme à son habitude pour refuser toute concertation, celle-ci botte d'abord en touche: "Vous n'êtes pas sans savoir que chacun de nous a un agenda bien chargé et que la décision d'une date de réunion doit être concertée surtout concernant un dossier dont nous n'avons pas encore toutes les bases". Autrement dit, il faut se parler avant de se réunir pour se parler et, éventuellement, ne rien se dire. Charmant... Mais le meilleur est à suivre: "A la date d'aujourd'hui, nous n'avons pas encore toutes les données nécessaires afin de vous présenter un dossier le plus complet possible, qui servira de base de travail pour la commission concernée". C'est-à-dire, vous en saurez davantage lorsque tout aura été décidé. Et pour finir, la cerise sur le gâteau: "Pour la location de ces locaux, il serait plus opportun d'y associer la commission bâtiments et non la commission école qui elle, est en charge des dossiers concernant l'école publique". Là, franchement, on hallucine: la commission "Bâtiments" pour parler de l'école! Et pourquoi pas le comité des fêtes pour animer les séances du concheil munichipal? Outre que cette assertion est factuellement inexacte --la commission "Ecole" a en charge l'enseignement en général et non la seule "école publique", ndlr--, elle semble révéler en creux que des travaux devront bien être entrepris dans les locaux scolaires de la mairie.
Une école bilingue publique existe déjà à... Ammerschwihr! - En résumé, l'installation projetée d'une école privée bilingue payante dans la commune doit être questionnée pour au moins deux raisons. D'abord, et quoi que l'on dise, parce qu'elle met en concurrence l'école publique qui, rappelons-le, sera irrémédiablement fermée si elle n'a pas dix chatons. Pour la rentrée de septembre, ils seraient quatorze selon les uns, onze selon les autres. Ensuite, parce que l'offre bilingue publique existe déjà à... Ammerschwihr. Depuis plusieurs années, l'allemand y est enseigné sous deux formes: extensive (enseignement monolingue) et intensive (enseignement bilingue, 12 heures en français et 12 heures en allemand). Lors de la récente ré-organisation du temps scolaire, cette municipalité avait d'ailleurs pointé "l'hémorragie des enfants vers l'enseignement privé, solution qu'évoquent plusieurs familles d'Ammerschwihr avec pour corollaire d'inévitables fermetures de classe et des difficultés financières pour le périscolaire". Il est enfin incompréhensible que notre chatte en chef soit prête à signer une convention avec une école privée payante tout en refusant d'en valider une autre sur l'école publique avec Sigolsheim... C'est comme chat!